Web réservé aux majeurs de plus de 18 ans

Graines de cannabis

Culture extérieure de cannabis en polyculture

Pourquoi cultiver du cannabis en monoculture?

A cause de la limitation de l’espace lors d’une culture en extérieur, il peut sembler un peu absurde de cultiver un seul type de plante. Dans la culture de cannabis, pour différentes raisons, l’option de la monoculture est généralement appliquée, laissant de côté la richesse et les avantages d’intégrer le cannabis au sein d’une polyculture de légumes, de plantes aromatiques et de fleurs.

Les plantes de cannabis s’adaptent parfaitement aux cultures de légumes, que ce soit dans un environnement rural ou urbain. Partager l’espace de culture avec d’autres végétaux permet d’obtenir des avantages qui peuvent profiter au cannabis sous différentes formes.

Au-delà des bénéfices évident au niveau de la variété des produits obtenus lors d’une polyculture, il faut également ajouter les bénéfices directes sur le cannabis cultivé en polyculture. Cela peut jouer un rôle sur des aspects aussi importants que le contrôle des parasites et des maladies, la fertilisation, la production et la qualité finale de la récolte.

Plantes de cannabis camouflées entre des plantes aromatiques. Elles peuvent également aider à dissiper les odeurs.

Plantes de cannabis camouflées entre des plantes aromatiques. Elles peuvent également aider à dissiper les odeurs.

Tout cela sans oublier un autre aspect très important qu’offre une polyculture, la possibilité de camouflage des plantes de cannabis. Le placement correct de plantes aussi convoité que le cannabis, au milieu d’une combinaison de végétaux peut être un facteur clé pour qu’elles puissent passer inaperçue. Si dans cette combinaison de végétaux il y a des plantes aromatiques cela peut également aider à dissiper l’arôme souvent indiscret du cannabis.

L’allélopathie, les associations de culture et le cannabis

Au sein du monde végétal il existe des plantes qui possèdent des propriétés allélopathiques, ces plantes à travers les racines, les feuilles ou les fleurs, libèrent et exsudent des essences ou des fragrances qui contiennent des composants allélochimiques.

Ces composants biochimiques appelées allélochimiques produisent un phénomène biologique appelé allélopathie, qui est la relation symbiotique ou antagonique qui s’établit entre les plantes d’une même culture grâce à différents composants biochimiques.

Ces composants allélochimiques ont une influence sur le cannabis et sur l’ensemble de l’environnement immédiat, c’est-à-dire, sur les plantes de la même culture, dans la flore qui habite et entoure le jardin, et les microorganismes qui vivent dans le sol de culture.

Ses influences sur la faune et la flore sont variées, elles peuvent avoir des effets attractifs, repoussant, inhibiteurs ou stimulants. Des légumes, herbes aromatiques, plantes médicinales, fleurs ou certaines mélasses possèdent des propriétés allélopathiques.

Inclure des variétés de cannabis dans une bonne association de cultures de légumes avec des plantes aromatiques et des fleurs, peut-être une excellente combinaison, en plus d’être une option de culture organique et écologique durant laquelle se développe la biodiversité de l’environnement proche de la culture.

Autofloraisons de Philosopher Seeds intégrée dans une polyculture, tout un jardin comestible et fumable

Autofloraisons de Philosopher Seeds intégrée dans une polyculture, tout un jardin comestible et fumable

Les arguments en faveur de la culture organique sont très nombreux, spécialement pour les cultures organiques de cannabis, durant lesquelles les plantes améliorent leurs propriétés organoleptiques (arôme et saveur), ainsi que la qualité du contenu général de la résine des plantes.

Les associations de cultures et l’allélopathie entrent dans ce qui serait les techniques et applications compatibles avec les cultures soutenables et la permaculture, dans lesquels nous pouvons inclure la culture de cannabis.

Durant ces cultures , il est primordial que le développement des plantes soit le plus naturel possible, en apportant une nutrition et un contrôle des parasites 100% écologique. Le résultat obtenu sera plus propre et respectueux de l’environnement. Le cannabis quand il est écologique est toujours de meilleur qualité.

Comment intégrer le cannabis dans une polyculture

L’incorporation du cannabis dans une polyculture, doit se faire de la façon la plus naturelle et logique possible. La distribution de la culture doit respecter l’emplacement des autres plantes, toutes les plantes doivent avoir un espace suffisant pour se développer, mais également recevoir une bonne exposition solaire, il faut réussir à ce que les plantes ne se gênent pas entre elles.

Il est important de planifier l’espace de culture correctement, en prévoyant l’augmentation de taille progressive de toutes les plantes de la polyculture.

La distribution des plantes, spécialement celles qui seront proches du cannabis, peut-être configuré en suivant trois critères d’association de plantes ; les plantes compagnes, ce sont des plantes qui produisent des bénéfices à d’autres plantes de la même culture, les plantes répulsives, des plantes qui chassent les insectes nocifs hors de la culture, et les plantes pièges, des plantes chargées d’attirer les insectes nocifs en les éloignant des plantes principales.

Foto: La guarida del fumeta

Foto: La guarida del fumeta

Plantes compagnes

Les plantes que l’on appelle compagnes, sont des plantes qui apportent des bénéfices à d’autres plantes, une association positive entre les végétaux influe sur la fertilisation de la culture, et dans l’arôme et la saveur final des plantes. Les plantes compagnes doivent se semer à côté du cannabis pour qu’elles puissent profiter de leurs effets.

La Bourrache: Sa culture apporte et fixe les vitamines et les minéraux dans le sol de culture, cela est donc bénéfique aux plantes semées à proximité. Ses feuilles sèchent peuvent également s’utiliser comme paillage ou mulchig, cela est également très positif pour les plantes de cannabis, grâce à la lente dissolution du calcium et du potassium concentré dans les feuilles séchant de la bourrache.

Luzerne et Trèfle: Deux parfaits exemples de plantes fixatrices d’azote, nutriment essentiel durant la phase de croissance du cannabis. Elles maintiennent le niveau d’azote dans le sol en plus d’apporter différents minéraux qui aident à nourrir les plantes environnantes. Dans les jardins dans lesquels sont cultivés du cannabis, la Luzerne et le Trèfle aident à maintenir le drainage correcte de la terre, spécialement la Luzerne. Le Trèfle est très efficace en paillage, en plus de contrôler le développement des plantes invasives.

Consoude: Cette plante, en plus d’être très jolie, est un bijoux pour toutes les cultures. Ses racines atteignent des profondeurs considérables et agissent comme ascenseur de nutriments du sous-sol, les rendant disponibles pour les autres plantes de la culture. Cette action de capter des nutriments de couches profondes convertit cette plante en un grand accumulateur dynamique, ses feuilles contiennent des niveaux très élevés de potassium. Un bon paillage de feuilles sèches de consoude sur les plantes de cannabis assure la présence de potassium, nutriment essentiel et indispensable lors de la phase de floraison du cannabis.

Menthe et Consoude, l’une comme plante répulsive l’autre comme plante compagne, deux alliés du cannabis

Menthe et Consoude, l’une comme plante répulsive l’autre comme plante compagne, deux alliés du cannabis

Plantes répulsives

Une plante répulsive est une plante qui dégage un arôme intense qui éloignera un ou plusieurs types d’insectes. Ces plantes se placent dans le périmètre de culture, comme une barrière protectrice, ou proche de certaines plantes en particuliers, comme le cannabis, pour protéger plus directement des insectes qui peuvent être nocifs. Les plantes répulsives sont une méthode efficace pour le contrôle des parasites et des maladies des plantes.

Basilic: Plante aromatique d’utilisation multiple en cuisine, en culture il chasse les pucerons, les moustiques et la mouche blanche. Cultivé au pied des plantes de cannabis ou dans le même pot, selon certains cultivateurs, il améliorerait les propriétés organoleptiques du cannabis.

Menthe: Une autre plante aromatique connue et présente sur de nombreuses terrasses et jardins, fameuse pour son arôme intense et ses propriétés. La menthe aide à maintenir éloigné les fourmis , les mouches blanches et les blattes. Sa culture est facile et satisfaisante grâce à sa croissance vigoureuse, il est toujours préférable de l’isoler en la cultivant dans des pots car elle est très invasive. Son arôme puissant peut aider à masquer l’odeur du cannabis.

Capucine: Plante ornementale provenant d’Amérique du Sud, très répandu dans les jardins. Elle aide à chasser et éloigner les escargots, les fourmis, les mouches blanches et les pucerons des plantes de cannabis. Plantée très proche du cannabis elle le protégera et donnera de la couleur à la culture avec différents tons de rouge, orange et jaune de la fleur. Ses pétales sont comestibles et représentent une grande source de vitamine C.

Camomille: La camomille est très connue pour ses propriétés comme boisson en infusion. Plantée entre les plantes de cannabis, en plus d’enrichir visuellement le jardin avec ses fleurs, elle éloigne la mouche blanche et les nématodes. Cette plante en décomposition libère du phosphore et du potassium.

Plantes piège

Les plantes piège ou cultures piège est une autre méthode d’association de plantes qui s’utilisent pour lutter contre les insectes parasites. Ces plantes attirent les insectes nocifs les éloignant ainsi des plantes principales comme le cannabis. Elles se répartissent au tour du jardin, ou proche et intercalées entre les plantes sensibles aux attaques. Une fois que le parasites est identifié dans la plante piège il est facile de l’éliminer. Une autre fonction des plantes piège est de donner un abri aux insectes prédateurs qui sont nocifs pour les plantes principales de la culture.

Le tabac comme plante piège attire avec la nicotine les insectes qui restent attrapées dans ses feuilles.

Le tabac comme plante piège attire avec la nicotine les insectes qui restent attrapées dans ses feuilles.

Tournesol: Pour différentes raisons les tournesol sont un grand allié des plantes de cannabis. Il attire et éloigne de la culture les insectes nocifs pour la culture du cannabis comme les pucerons et les acariens. Il capte également les insectes pollinisateurs ce qui est également appréciable puisque la plupart de ces insectes pollinisateurs sont des prédateurs d’insectes nocifs pour le cannabis comme la redoutable araignée rouge. L’envergure et les couleurs du tournesol aideront à camoufler les plantes de cannabis.

Tabac: La plante de tabac est l’une des plantes piège par excellence, toutes les cultures extérieures de cannabis devrait avoir une plante de tabac. Le tabac avec ses grandes feuilles recouvertes de trichomes et de glandes, capture les insectes comme la mouche blanche et les pucerons, attirés par la nicotine, ils restent piégé dans les feuilles et meurent. Avec ces feuilles, et grâce à un simple processus, il est possible d’élaborer un insecticide écologique efficace. Grâce à sa taille, c’est également une bonne option pour aider à camoufler les plantes de cannabis.

Rue: Ruta en latin, cette plante est très utilisée en horticulture comme culture piège, son arôme et sa couleur confondent et attirent jusqu’à elle les insectes nocifs pour le cannabis comme les mouches, les pucerons, les acariens, et les limasses. Elle agît également comme répulsif pour les mouches blanches et les chats. La rue est une plante rustique qui s’adapte très bien, elle n’est pas exigeante avec les sols, elle a juste besoin d’arrosage et d’une bonne exposition au soleil.

Toutes ces plantes sont seulement un exemple des biens que nous fourni la nature et que par ignorance nous oublions d’utiliser dans nos cultures de cannabis.

Il existe sans aucun doute de nombreuses autre type de configuration de polycultures dans lesquelles intégrer des plantes de cannabis, nous animons tous les cultivateurs de cannabis à rechercher, étant donné que le sujet est très vaste, et bien sûr, qu’ils cessent les monocultures en intégrant différents végétaux accompagnant le cannabis.

En vous souhaitant d’heureuses et naturelles polycultures !!

La lecture des articles publiés par Philosopher Seeds est réservée aux clients majeurs. En France, la majorité est établie à 18 ans. Consultez votre législation et respectez-la. Philosopher Seeds est une société espagnole régie par la législation espagnole et ne peut, en aucun cas, être tenue responsable d'un mauvais usage ou du non-respect des lois et des réglementations propres à chaque pays, par rapport aux articles publiés sur son Blog. Nous vous rappelons que la culture de graines de cannabis sur le territoire français est fortement interdite par la loi. Nous n’encourageons nullement notre clientèle à enfreindre la loi et ne sommes en aucun cas responsables de l'usage que vous en ferez.


Commentaires et questions sur Culture extérieure de cannabis en polyculture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Dinafem
  • Barney's Farm
  • Dutch Passion
  • Sensi Seeds
  • Sweet Seeds