Web réservé aux majeurs de plus de 18 ans

Graines de cannabis

Bases essentielles pour culture de cannabis en intérieur

On peut souvent penser que la culture en intérieur de marijuana est quelque chose de compliqué et difficile, juste à la portée de quelques connaisseurs. La réalité est toute autre, pour cultiver nos variétés de cannabis préférées en intérieur, nous devons simplement comprendre quelques notions simples, et être constants.

Dans cet article nous voulons vous expliquer de manière simple et efficace, comment préparer une culture de cannabis en intérieur. Pour cela, nous devons nous concentrer sur trois aspects fondamentaux : ventilation, éclairage et nutrition/substrat. Si nous avons ces trois éléments sous contrôle, et que nous choisissons correctement les variétés que nous allons cultiver, la culture en intérieur est quelque chose de simple et quasi mécanique, mais si nous négligeons certains d’entre eux, le rendement et la qualité de nos plantes se verront sérieusement diminués.

Tout au long de cet article, nous utilisons l’exemple d’une culture dans une armoire de 1,20 x 1,20 mètres de superficie, et de 2 mètres de hauteur. Sur le marché, nous pouvons trouver une multitude de modèles d’armoire de culture, il ne sera donc pas difficile d’obtenir une armoire avec les mesures adéquates pour notre espace. Grace à celles-ci, nous pouvons mieux contrôler la température et l’humidité, et ainsi nous maintiendrons nos plantes éloignées des sources de lumières externes, car le cannabis nécessite des périodes d’obscurité totale ininterrompues afin de fleurir correctement.

Philosopher Seeds

Armoire de culture pour cannabis

Résumé pour une culture d’intérieur de cannabis

Facteurs principaux à prendre en compte avant de monter une culture d’intérieur:

Eclairage

Grace à lui, nos plantes peuvent grandir et fleurir correctement. Le matériel d’éclairage se compose généralement de ballast, réflecteur et ampoule. Normalement, moins de watts sont utilisés ainsi qu’une lumière blanche pour la croissance, alors que pour la floraison, nous utilisons plutôt des ampoules plus puissantes et de couleur orange.

Les ballasts sont nécessaires pour l’allumage et le bon fonctionnement des ampoules. Ils peuvent être électromagnétiques ou digitales. Les lampes LED, CFL et fluorescentes, possèdent un ballast intégré au système, alors que les ampoules HPS et MH ont besoin d’un ballast externe.

Concernant les réflecteurs, nous trouvons également une large gamme sur le marché, des plus simples jusqu’aux réflecteurs réfrigérés par air (Cool Tube). Leur fonction est de réfléchir la lumière sur les plantes, sa conception et le matériel de fabrication ont un rapport direct avec la quantité et la dispersion de la lumière réfléchie.

En fonction de la température et de l’humidité de la pièce (et également des watts de l’ampoule), les lampes sont généralement placées à 40-60 cm des parties supérieures de la plante. L’idéal est de mesurer la température à cette hauteur, pour ensuite monter ou descendre l’éclairage, en fonction de la température dont nous avons besoin.

  • Croissance : 18 heures de lumière / 6 heures d’obscurité journalières, lumière blanche/bleue. Systèmes les plus utilisés: HM, CFL, LED, Fluorescentes.
  • Floraison : 12 heures de lumière / 12 heures d’obscurité journalières, lumière orange/rouge. Systèmes les plus utilisés: HPS, HPS+HM, LED.
  • Plantes automatiques: 20 heures de lumière / 4 heures d’obscurité journalières. Lumière blanche en croissance, lumière orange en début de floraison et jusqu’à la récolte.
  • Essayer d’éteindre les lampes durant les heures les plus chaudes de la journée. Utiliser des réflecteurs réfrigérés par air (connectés à l’extracteur) dans les cas où nous avons besoin de baisser la température de la pièce ou de l’armoire.
Philosopher Seeds

Germination Easy Haze / K-13 Haze sous éclairage fluorescents

Philosopher Seeds

Croissance de marijuana avec ampoule HM

Philosopher Seeds

Naranchup en floraison avec un foyer 600w HPS

Ventilation

Un autre aspect clé dans la culture intérieure, est le bon renouvellement de l’air de la pièce, ainsi qu’un filtre à odeurs efficace qui laisse l’air sortant de l’espace sans odeurs.

Vous pouvez consulter cet article pratique sur comment ventiler une culture de cannabis afin d’obtenir plus d’informations.

  • Extracteur d’air : il réduit la chaleur et l’humidité et aide au renouvellement de l’air, il est possible d’adapter un filtre à charbon ou un ionisateur tubulaire pour éliminer l’odeur des plantes.
  • Intracteur d’air : Il doit toujours être de plus petite capacité (m3/h) que l’extracteur. Il introduit l’air frais dans la pièce/armoire, et renouvelle l’air. Dans certains cas précis, il est possible de s’en passer et d’utiliser une intraction passive (l’extracteur évacue l’air de la salle, l’air frais de l’extracteur entre ensuite par la grille d’intraction latérale sans l’aide d’aucun dispositif).
  • Ventilateur intérieur : Il remue l’air de l’espace de culture et évite la formation de sacs de chaleurs et d’air stagnant.
  • Il faut généralement maintenir tout l’équipement en marche pendant que les lumières sont allumées et par intervalles qui sont fixés par le cultivateur grâce à un programmateur durant la période de nocturne.
Philosopher Seeds

SuperJuani de Philosopher Seeds commençant la floraison

Nutrition

Un autre aspect fondamental est de savoir de quelle manière alimenter nos plantes. Principalement, nous devons choisir entre une culture organique ou hydroponique. Chaque technique a ses fertilisants et substrats spécifiques que nous trouverons dans n’importe quel Grow Shop.

Culture organique:

  • Terre pour culture de cannabis avec pH légèrement acide.
  • Fertilisants solides ou liquides.
  • pH de l’eau d’arrosage : 6-6,8
  • Température de l’eau d’arrosage : 20ºC
  • EC de l’eau d’arrosage : 1-1,6

Philosopher Seeds vous détaille dans cet article comment préparer votre mélange de terre pour cannabis.

Culture hydroponique:

  • Substrat hydroponique (coco, argile, mapito, roche volcanique, etc) avec pH légèrement acide.
  • Fertilisants liquides
  • pH de l’eau d’arrosage : 5,5-6,2
  • Température de l’eau d’arrosage : 20ºC
  • EC de l’eau d’arrosage: 1,2-1,8

Matériels nécessaires pour une culture intérieure de marijuana

Pour nous initier à la culture de cannabis en intérieur, voici la liste du matériel qu’il nous faut:

  • Armoire ou placard de culture
  • Matériel d’éclairage (ballast, réflecteur et ampoule)
  • Matériel de ventilation (extracteur, intracteur, ventilateur et filtre à charbon pour éliminer les odeurs)
  • Thermo-hygromètre
  • Programmateurs pour programmer la photopériode (heures de lumière/obscurité) et la ventilation
  • Fertilisants organiques ou hydroponiques, avec leur substrat correspondant
  • Pots
  • Graines

Eclairage et cannabis

Normalement, la première chose que le cultivateur doit décider est le choix du matériel d’éclairage, en fonction de l’espace dont il dispose. A moins que cet espace soit vraiment petit (auquel cas il faut utiliser des ampoules type CFL ou LED) la plupart des cultivateurs optent pour les ampoules qui offrent un meilleur rapport consommation/lumens, comme HM (halogénures métalliques) ou HPS (sodium à haute pression).

La puissance et le spectre des ampoules utilisées sont aussi déterminés selon notre souhait à faire grandir la plante ou à la faire fleurir. Durant la croissance, les plantes de cannabis n’ont pas de gros besoins en intensité lumineuse, bien qu’elles nécessitent des heures de lumière journalières. Ainsi donc, nous devrons les éclairer durant un minimum de 18 heures de lumières par jour pour nous assurer une croissance constante et sans pause. Pour cette phase, les éclairages – toujours de spectre blanc/bleu – les plus souvent utilisés sont CFL, LED, fluorescentes classiques ou lampes HM.

Philosopher Seeds

Nous taillons les branches inferieures des plantes pour mieux profiter de la lumière

Durant la floraison, et pour obtenir de bons résultats quant au rendement, la plante nécessite un spectre un peu plus rouge et beaucoup plus d’intensité lumineuse, c’est pourquoi les lampes les plus utilisées pour cette phase sont celles à vapeur de sodium à haute pression (HPS), allumées pendant 12 heures par jour et éteintes les autres 12 heures sans interruption.

Comme nous le voyons, lorsque nous cultivons du cannabis en intérieur, c’est nous qui décidons si les plantes croissent (18 heures de lumière et 6 d’obscurité par jour) ou fleurissent (12 heures de lumière et 12 d’obscurité par jour), chose très pratique au moment de planifier nos cultures. Logiquement, ceci n’est pas valable pour les variétés autoflorissantes comme la White Yoda ou la Cheesy Auto, que nous devons cultiver avec 20 heures de lumière et 4 d’obscurité par jour, durant toute leur vie.

Afin de maintenir la température la plus stable possible, malgré un bon système de ventilation, il est recommandé d’allumer les lumières durant la nuit, qui est toujours la période du jour la moins chaude. En cas de besoin, il est possible d’utiliser des réflecteurs réfrigérés par air, qui permettent de diminuer la température de l’armoire de 4-6ºC.

Pour notre armoire de 1,2 x 1,2 mètres – et en cherchant toujours le rendement maximum – normalement, nous utilisons une ampoule de 400w HM pour la croissance (18/6) et une de 600W HPS pour la floraison (12/12).

Ventiler une culture de marijuana

Avec la ventilation nous contrôlons l’excès d’humidité produit par la terre et les plantes, et à la fois la chaleur excessive provoquée par les lampes.

De cette manière, tout en tenant compte du fait que nos plantes ont besoin de respirer et d’avoir un apport constant de CO2 et O2 dans l’atmosphère, renouveler l’air de notre espace de culture est essentiel, et nous pouvons aussi utiliser le matériel d’extraction pour éliminer l’odeur intense des plantes en floraison.

Utiliser un simple extracteur d’air et un intracteur de plus petit débit que le premier peut être suffisant pour obtenir une atmosphère propice pour nos plantes, avec des températures et niveau d’humidité adéquates, et un renouvellement suffisant de l’air. Utiliser un ventilateur qui remue l’air à l’intérieur de l’espace de culture est aussi recommandable, car cela évite que se forment des sacs de chaleur ou d’air raréfié. Afin d’éliminer les odeurs de la culture, nous relions simplement un filtre à charbon – ou un ionisateur tubulaire – à l’extracteur d’air, de manière à filtrer l’air avant qu’elle soit expulsée hors de l’armoire/pièce.

Normalement, les plantes se développent mieux avec des températures proches de 20ºC avec la lumière éteinte et près de 26-28ºC avec la lumière allumée. L’humidité relative doit être de 60-70% en phase de croissance et aux alentours de 50% durant la floraison. La plupart des cultivateurs utilisent des thermo-hygromètres avec lecture du minimum/maximum, pour monitoriser ces valeurs, et des programmateurs pour éteindre ou allumer la ventilation, en fonction des dites lectures, bien qu’il est possible d’utiliser aussi des unités de contrôle de climat, qui allument et éteignent le matériel de ventilation automatiquement selon les paramètres que nous avons programmés.

Comme on peut l’imaginer, la puissance de notre matériel de ventilation doit être en accord avec le volume de la salle de culture, et du type et de la puissance du matériel d’éclairage, puisque sa fonction est d’éliminer la chaleur émise par les ampoules, et qu’il doit être capable de renouveler l’air de l’espace de culture en quelques minutes.

Pour notre exemple, une armoire de 1,2 x 1,2 mètres avec une ampoule HM de 400W durant la croissance et une HPS de 600W durant la floraison, il nous a fallu un extracteur tubulaire (type RVK ou PK) de 125 mm de diamètre, un intracteur en ligne de 100 mm et un ventilateur à pince de 15 cm de diamètre.

Nutrition et substrats pour plantes de cannabis

Nous avons le matériel d’éclairage qui s’adapte le mieux à notre espace de culture, et nous avons choisi une ventilation adéquate pour celui-ci. Il nous reste à présent à décider quel type de culture nous souhaitons réaliser. Bien qu’il existe une infinité de techniques et de systèmes, nous commençons par la basique, la culture organique, puisque ce type de culture permet plus d’erreurs de la part d’un cultivateur novice et que, selon nous, elle offre une meilleure qualité.

Pour réaliser une culture organique nous disposons de plusieurs options: acheter la terre légèrement enrichie – type Light Mix –à laquelle nous devons ajouter des nutriments liquides ou solides au bout de quelques semaines (2-3) ou acquérir une terre enrichie – type All Mix – pour quelques mois (2-3), à laquelle nous devons à peine ajouter de nutriments durant la culture, en cas de besoin juste un stimulateur ou booster.

Rappelez-vous que vous devez arroser la terre afin qu’elle reste légèrement humide, mais pas mouillée, et utilisez des fertilisantes correspondants à la phase dans laquelle se trouve la plante, croissance ou floraison. Nous vous conseillons de lire l’article suivant afin de savoir comment arroser le cannabis en terre.

Philosopher Seeds

Les plantes bien fertilisées grandissent saines et fortes

Dans le cas où il faut utiliser des nutriments extras en plus de ceux déjà présents dans la terre, nous pouvons opter pour des engrais solides, qui peuvent se mélanger avec le substrat quand nous le préparons pour remplir les pots, et qui fonctionnent à merveille dans les cultures de guérilla et avec des plantes automatiques, ou utiliser des fertilisants liquides, que nous devons utiliser en quantités modérées à chaque arrosage, parfaits pour les variétés à floraison moyennement longue comme  la Jack el Frutero ou la SuperJuani. Que ce soit l’un comme l’autre, la température de l’eau d’arrosage doit rester aux alentours 20ºC, avec un pH de 6,5. Si nous utilisons des fertilisants liquides et que nous avons un mesureur, nous devons ajuster l’Ec à 1-1,2 durant la croissance et à 1,4-1,6 durant la floraison.

La culture de marijuana

Une fois que tout ceci est bien clair pour nous, et que nous avons monté l’armoire avec le matériel de ventilation et d’éclairage, nous pouvons remplir les pots avec de la bonne terre, arroser modérément, et planter nos graines de cannabis. Avec une photopériode de 18 heures de lumières et 6 heures d’obscurité par jour, nous laissons croitre nos plantes pendant 2-4 semaines, selon la variété: 2-3 semaines pour les plus Sativas; 3-4 pour les plus Indicas comme la Black Bomb ou la Tropimango.

Philosopher Seeds

Nous pouvons cultiver d’excellentes têtes chez nous

Lorsque nos plantes atteignent une hauteur adéquate, nous changeons la photopériode en 12/12, période pendant laquelle les plantes commencent leur floraison. Si nous avons suffisamment d’espace, nous pouvons les rempoter dans des pots légèrement plus grands à ce moment, et nous conseillons de changer l’engrais de croissance par celui de floraison.

Quelques semaines avant la récolte, nous arrêtons d’enrichir les plantes et leur donnons seulement de l’eau jusqu’à la fin.

Philosopher Seeds

Culture de cannabis en armoire

Nous espérons que ces conseils vous aiderons à oser cultiver en intérieur. L’effort en vaut la peine, surtout lorsque vous goutez l’incroyable saveur de vos propres fleurs.

La culture maison, il n’y a rien de mieux.

Bonne culture !




Commentaires et questions sur Bases essentielles pour culture de cannabis en intérieur

  • michel

    combien de temps faut il ,pour les faires sécher et dans quelle poition.

    • Jerome López

      Bonjour Michel,

      Cela dépend de l’hygrométrie et des températures dans l’espace de séchage. On place les plantes en général tête en bas et la première étape de séchage devra durer plus ou moins 7 à 10 jours. Quand les têtes semblent sèches et que les branches sont craquantes, nous pourrons placer les plantes dans des bocaux pour effectuer le curring. Après un mois plus ou moins, les têtes seront parfaites pour être dégustées.

      A bientôt

  • Skunky Weed

    Bonsoir dites moi vue que le guano de chauve souris et d’oiseaux marin et remplie d’azote et que nous pouvons l’utiliser en engrais de croissance. Pouvont nous utiliser de sa fiendre de perroquet apres avoir laisser le tout macerer dans un coin pendant environ 1mois? Jze vous remercie de vos réponses

    • Jerome López

      Bonjour Skunky Weed,

      Je ne serais malheureusement pas vous dire si cela est adapté. J’ai fait des recherches sur le net, mais je n’ai rien trouvé à ce sujet. Désolé.

      A bientôt

  • Skunky Weed

    Bonsoir dites moi je souhaiterai savoir si je peut plonger un plan dans le noir complet pendant 48h avant d’entamé un cycle 12/12?
    Et je souhaiterai savoir si en fin de flo durant les 2 dernière semaine si on peut reduire l’eclairage jusqu’à obtenir un cycle 10/14?
    Et savoir du coup quel résultat il y aura sur la fin de flo debut récolte?
    Je vous remercie jusque la de toute vos réponses

    • Jerome López

      Bonjour Skunky Weed,

      La période de noir avant la floraison est possible, mais pas vraiment utile, à part pour des plantes qui auraient du mal à déclencher la floraison.
      Réduire l’intensité lumineuse et le nombre d’heure de lumière en fin de floraison permet d’économiser de l’énergie sans affecter le rendement.

      A bientôt

  • Skunky Weed

    Je vous remercie de votre réponse du coup je vais suivre votre conseil.
    Et suite à ma demande pour le guano de perroquet je me suis renseigné mes je n’ai pas vraiment eu de réponse concluante. On as pas vraiment sue me répondre encore merci et à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *